Découverte de la politique

marie-zannettacci-elles-marchentProfesseur d’EPS mais très investi dans la vie associative, mon père décide il y a 15 ans de se lancer en politique avec une envie de faire bouger sa ville. Novice mais passionné par les autres et les rencontres, il devient adjoint aux sports de la ville. Puis 5 ans après nous annonce qu’il veut créer sa propre liste et devenir maire ! Seulement une campagne nécessite des moyens. Alors l’aventure est devenue familiale : ma plus jeune sœur graphiste et développeuse à l’époque prend en main la création du site et de tous les supports de communication, ensemble avec mon père nous travaillons les contenus et notre mère s’occupe de l’organisation des soirées. Mon père est élu à la plus grande joie de nous tous ! Je le vois s’éclater dans son nouveau rôle en restant lui-même. Il jongle entre ses cours et ses fonctions de maire, monte de très beaux projets. Au-delà du fait d’aider mon « papa » et de vivre cette aventure familiale, très honnêtement je ne comprenais pas pourquoi il aimait autant ce rôle quelque part très ingrat car vous donnez beaucoup pour être souvent critiqué et recevoir très peu de merci. Le mandat s’achève et là il nous annonce qu’il repart pour un deuxième.

marie-zannettacci-elles-marchent-2Aidé par son parti et surtout par ma petite sœur, il mène sa campagne enchainant les marchés, les réunions publiques recevant des coups durs de la part de l’opposition. Et pourtant il est toujours resté lui n’attaquant jamais, restant dans le respect de son adversaire comme dans le sport. Hormis l’adrénaline du dépouillement je ne comprenais toujours pas ce qui le rendait tellement passionné. Il remporte avec succès son second mandat. Arrive 2017 et l’année des présidentielles. Jusque-là comme la majeure partie des jeunes je pense, je votais « comme papa ». Et puis un jour, il me dit « j’ai des places pour le meeting de Macron à Lyon, tu veux venir ». Première pensée : pourquoi faire ? Et puis je me suis dit c’est comme un concert ou un match OM / PARIS cela se vite au moins une fois dans une vie. Le 04/02 nous partons donc au meeting. Et là scotchée … l’ambiance, plus de 8 000 personnes dehors. Une salle bondée, une ambiance incroyable, une mise en scène milimétrée. Avant l’arrivée de Macron, une femme Marlène Schiappa monte sur la scène et me touche par son discours, son envie, ses idées. La salle applaudit ! Je me retourne vers ma mère et je lui dit « je veux faire comme elle, m’engager, aller rencontrer des gens, essayer de faire changer les choses ». Mon père me dit « Lance toi ! Contacte le mouvement et monte un collectif ! ».

marie-zannettacci-macronJe prends mon courage à deux mains et je commence à chercher des femmes partageant mes envies. Tout va très vite, les messages arrivent et avec sept autres personnes inconnues, d’âges différents, de métiers différents, d’origine différentes, nous montons le collectif Elles Marchent Lyon Rhône et organisons notre 1ère soirée pour la journée de la femme. Chacune de par ses expertises, ses envies, prend en charge une partie de l’organisation. Pour ma part Relation presse, organisation de l’événement. Nous avions 10 jours pour tout organiser. Et le 08 mars, je me retrouve sur la scène en train d’expliquer pourquoi je marche avec mes amies marcheuses, pourquoi je passe mes WE habillée de la tête au pied en tenue EM (t-shirt, K way, sac) sur les marchés sous la pluie, le froid parfois le soleil, pourquoi je suis à la gare dès 06H45 pour tracter, pourquoi j’enchaine les réunions publiques pour soutenir les autres collectifs, pourquoi je vais parler aux gens pour qu’ils votent peu importe leur choix, pourquoi et comment nous géron les critiques, voire les insultes qui font partie du jeu… Notre soirée est à notre grande surprise un véritable succès !

marie-zannettacci-macron2La salle est remplie, la presse est là et tout le monde en partant nous remercie et nous encourage. Nous recrutons de nouvelles marcheuses ! 3 mois de campagne intensive à notre humble niveau, 2 vies, peu de sommeil mais une expérience exceptionnelle : aller à l’encontre des gens, écouter leur quotidien, faire des rencontres improbables, réaliser la chance que j’avais par rapport à des familles démunies. Je suis les débats, la presse, je poste sur Facebook, je m’affiche officiellement ! Arrive l’entre deux tours, on renouvelle d’efforts pour inciter au vote et puis le stress de l’élection et la victoire, la montée de la Task force sur le tapis rouge … Toutes ces personnes qui ont orchestré la rencontre. Mais l’histoire ne s’arrête pas là. Après la victoire, les législatives.

Cette aventure m’aura beaucoup appris beaucoup plus que les convictions d’un programme. Elle m’aura permis de me découvrir des sensibilités, de sortir de mon quotidien, de faire des rencontres improbables et de réaliser ma chance.  Aujourd’hui, je sais que malgré tout je ne suis pas faite pour la politique pour des milliers de raisons, mais je sais que jamais je ne pourrais oublier cette période de ma vie.

A consulter en annexe :

Communiqué de Presse sur Elles Marchent

Macron a ses Marcheuses à Lyon – Marie Zannettacci

Des Marcheuses de Macron à Lyon – Marie Zannettacci

 

Publicités

Retour en France

RETOUR EN FRANCE :  LE COUP DE FOUDRE AVEC LE DIGITAL ET L’ENTREE DANS L’UNIVERS START UP !

 

Même si Londres est une ville magique de par son état d’esprit, sa vie culturelle, ses parcs, la nuit à 15H, la pluie, un travail où vous allez à reculons et où en plus vous parlez français car votre équipe est française et vos clients sont français et surtout des supermarchés sans yaourts normaux, ni compotes et ne proposant que du chocolat au lait ! Il était temps de rentrer !
Un proverbe dit que dans la vie, le hasard n’existe pas ! En deux ans,le groupe HighCo a connu une très forte restructuration : licenciements, réorganisation des filiales, changement du board… Une semaine avant de quitter Flashbay, mon téléphone sonne : mon ancien manager de HIGHCO devenu DG d’un nouveau pôle du groupe, « le pôle digital ». Un mois plus tard je rentrais à Paris avec une toute nouvelle fonction : responsable d’un projet digital ! Le groupe voulait lancer la première plateforme de collecte d’avis clients en partenariat avec le label Elus Produit de L’Année. Un principe simple : vous testez un produit, une fois votre avis donné, ce dernier vous est totalement remboursé. Le concept était là ! Mais qui dit plateforme, dit choix d’un nom, création d’un site, d’une offre pour les annonceurs, d’un plan de lancement, de campagnes de visibilité pour acquérir des membres, des partenaires et tout le côté production, formation des commerciaux … Here we go ! Et là en travaillant sur l’arborescence du site, le tunnel consommateur, le business plan … tout est apparu comme une évidence ! Le digital offrait tellement plus de possibilités que le print et tant à anticiper ! Les journées passaient à une allure entre la coordination de toutes les équipes et le montage de la présentation commerciale. 18 versions pour trouver la bonne ! Celle-ci validée, formation des commerciaux, préparation des objections, RDV clients avec l’équipe commerciale, debrief, relances … Et pourquoi je ne vendrais pas moi après tout ?  J’avais tout pour me lancer ! Et là, l’expérience Flashbay mêlée à mon expérience dans le bartering m’ont permis de partir à la recherche de contacts et la prise de RDV, « la chasse » comme on dit ! Et j’adorais ça ! Après quelques mois, le projet était lancé et tournait tout seul. Dans mes lectures du matin, je voyais l’émergence des applications mobiles, le boom des smartphones ! Je dévorais les articles, téléchargeais les applications, les testais … Coïncidence ou pas, mon DG me convoque dans son bureau « Marie on va lancer une appli, cela te dirait ? » Et comment !!! Mais quoi comme application ?
Les mois passaient et le sujet n’était plus devenu une priorité pour le groupe et je ne savais plus trop où était ma place … Je décide donc de partir à NYC en vacances et hasard ou non la même semaine se tenait le salon mondial du mobile ! Je propose donc à mon DG de payer uniquement l’entrée. Ils acceptent ! Le mercredi je laisse le shopping et la visite de l’Empire state de côté et me rends au congrès un starbucks à la main ! et oui #vistaviedenewyorkaise ! Une journée magique ! Plus les prises de parole s’enchainaient, plus je découvrais de nouveaux concepts, les pauses me permettaient de parler avec des gens passionnés.
Une nouvelle fois à croire que tout était ecrit, le lendemain du congrès, je reçois un mail du CEO d’une petite Start Up, Shopmium, application de dématérialisation du coupon de réduction ! Un concept brillant : par un simple scan du code barre produit et une photo du ticket de caisse, votre produit est remboursé sous 24 à 48H ! Un moyen smart de développer le drive to store via des coupons de réductions sans avoir les accords des distributeurs et la possibilité de mêler une offre media et un engagement sur les ventes ! Après avoir rencontré les 3 DG aux personnalités totalement différentes mais tellement complémentaires, le coup de foudre ! Ma décision était prise : je quittais un grand groupe côté en bourse où j’avais une très belle situation mais où je m’ennuyais pour me lancer dans l’aventure start up ! Un tout petit bureau sans chauffage, une petite équipe mais tous motivés par ce projet. Encore une fois sur le papier l’idée était canon, mais en 2013 vendre une application mobile cela relevait du challenge ! Les annonceurs préféraient les bons de réduction en magasins, ou la TV ou les webcoupons. Mais nous avons tous persévéré, jamais rien lâché, le travail allait payer ! Un an d’évangélisation du marché, le tour de tous les annonceurs … et les premiers contrats sont tombés avec de tout petit panier moyen au début. Et puis la spirale virtueuse a débuté! Les 1ers bilans étaient très bons, les marques s’ouvraient, la communauté grossissait, les process se formalisaient ! Grace au travail acharné de nos 3 DG, nous réalisons une seconde levée de fonds qui nous a permis de développer d’autres fonctionnalités pour répondre encore plus aux besoins de nos clients. Insertion des pubs vidéo, géolocalisation immédiate envoi de pushs… L’application gagnait en notoriété et le bureau est devenu très petit ! Déménagement dans les locaux de Critéo, BlablaCar et Vintede « tu ne le portes plus vends le ! ». Shopmium entrait dans les plans des marques ! Qui l’eut cru ! Et très vite Shopmium déménageait dans ses propres bureaux. J’apprenais encore, chaque RDV client nous donnait de nouvelles idées et grâce à mon Directeur commercial je montais en compétences. L’aventure prend un tournant avec l’ouverture de Shopmium NYC ! Mais difficile d’émerger avec une petite communauté face à la taille du marché et c’est la communauté que regardent les marques … Alors nos DG ont cherché des solutions et très vite, nous nous faisions rachetés par un grand groupe américain qui nous a permis d’ouvrir Shopmium Londres.  Le rêve devenait une vraie réalité !
Pour des raisons personnelles, j’ai dû quitter Shopmium pour regagner Lyon. Mais mon cœur vivait Shopmium et le vit encore. Comme je dis Shopmium un jour, Shopmium toujours ! Il est vrai que voir Shopmium en affichage dans le métro, à la TV sur 5à7 me rappelle toujours d’où nous sommes partis et encore une fois que rien n’est impossible, quand on le veut ! Le cœur serré je rentre à Lyon et je tente de retourner dans l’évènementiel. Période de doutes, de remises en question … que voulais-je faire de ma vie ? Je ne voulais plus de cette pression, je voulais un métier qui me permettrait de vivre pleinement ma vie perso un peu délaissée. Mais très vite j’ai réalisé que je n’étais pas formatée pour cela. Que j’avais besoin de challenges, de travailler en équipe, d’apprendre encore … Mais à Lyon, le marché n’était pas prêt pour les applis, la concurrence trop grande en matière d’agences de création de sites… Alors j’ai cherché … et la seule voie pour revenir à ma passion était le référencement. Et la suite : intégration de Brioude Internet  après une rencontre improbable avec un jeune DG Yannick Socquet, brillant, précurseur, humble qui a pris et continue de me faire monter en compétences au quotidien ( # je ne dis pas cela car c’est mon boss car je risquerais le lynchage de mes collègues! ) et grâce à une équipe motivée, performante, toujours prête à s’investir dans des brainstormings communs pour faire la différence auprès des clients, j’ai retrouvé cette passion et le fait de me lever chaque matin avec l’envie et le sourire et rentrer tous les soirs en ayant appris quelque chose de nouveau…
Voilà le tome 5 de mon parcours professionnel s’achève ici… Quel sera le contenu du Tome 6 ?  Je ne le sais pas … comment pourrais-je quand je regarde mon parcours … Par contre je sais une chose : que si aujourd’hui j’en suis là c’est que j’ai eu la chance d’être managée par des personnes exceptionnelles qui m’ont tout appris et à qui je dois beaucoup …En écrivant ces lignes, je réalise que je suis le produit de plusieurs personnalités fantastiques humaines intelligentes humbles et surtout que la vie vous offre de très belles rencontres et qu’en ajoutant un soupçon de curiosité, un litre d’envie et une dose de remise en question,  rien ne devient impossible.

Do what you can’t comme dit Samsung, Think big, move fast et surtout osez,  « kiffer »  comme disent les jeunes et le travail n’est plus une contrainte mais que du plaisir …

Le départ à Londres et mes débuts de commerciale

Après 18 mois, annonce choc ! Le département barteting ferme et mon boss quitte HighCo.
Je tente alors ma chance pour intégrer la direction marketing et communication de l’agence dont dépendait le département barter, l’agence SYRACUSE. Miracle je suis retenue. Découverte de deux autres mondes : communication et marketing ! Communication interne, externe, rédaction et déploiement d’un plan de communication. Ecriture de mes premiers communiqués de presse, relances journalistes, organisation des conférences mais également rédaction de la newsletter interne, rédaction des business cases, achat d’espaces presse, participation aux Top Com, travail sur les présentations agence avec un nouveau challenge : un changement d’identité ! Réflexion sur le positionnement de l’agence, les valeurs, les couleurs…En parallèle, travail étroit avec la direction commerciale sur le marketing de l’offre : quels produits proposés à nos clients, comment les marketer, comment faire adhérer les commerciaux…

Petit à petit je prends mes marques et apprends et les premiers résultats arrivent. Epanouie, heureuse professionnellement, je décide en août 2008 de privilégier ma vie personnelle et je suis mon fiancé à Londres ! 13° le 15/08 sous la pluie pour une corse … compliqué ! Mais une formidable aventure humaine et culturelle : nouveau pays, nouvelle culture, nouvelle langue ! En partant je m’étais dit je vais préparer le mariage et renforcer mon anglais. Mais très vite je m’ennuie. Par le plus pur des hasards, je rencontre la société Flasbay, spécialiste de la vente de clés USB personnalisées ! Je me lance dans l’aventure et découvre un univers dont je ne préemptais pas même l’existence ! J’avais l’impression d’être à Wall Street !

Des écrans géants partout traçant vos ventes, un nombre minimum de mails à envoyer par jour, idem pour les appels ! Dur pour moi d’évoluer dans un univers si concurrentiel sans esprit d’équipe et surtout sans vraiment réfléchir : une clé USB c’est une clé USB. Le prix se calcule vite en croisant la quantité et la capacité… Challengée, je décide de relever le défi et de changer mes approches pour vendre. Je découvre alors réellement le métier de commercial pur ! Si je pensais que cette expérience serait un point noir dans mon CV, aujourd’hui je ne regrette rien au contraire ! J’ai mûri, accepté que des livraisons n’arrivent pas à l’heure mais surtout je me suis endurcie en me disant que rien n’était impossible si j’écoutais et capitalisais sur mes expériences passées : faire preuve d’empathie, de patience, de ténacité …

Et petit à petit je prends du plaisir à ce que je fais : adrénaline de la vente, transformer un non en oui et surtout créer une relation de confiance avec vos clients pour qu’ils prennent le réflexe de penser Flashbay. Au bout de 6 mois, je me hisse en haut du tableau et gagne une console WII en tant que meilleure vendeuse ! Comme quoi l’impossible est toujours possible quand on y croit !

Retourner à l’école après une telle année ?

RETOURNER A L’ECOLE APRES UNE TELLE ANNEE ? IMPOSSIBLE ! APPRENTISSAGE ET DECOUVERTE DU TRADE MARKETING ET DU BARTERING

 

Comment retourner sur les bancs de l’école après une telle année ? Je décide donc d’écrire à l’école pour changer mon cursus et entrer en apprentissage ! Après tout je paie mes études non ? Lettre de recommandation en mains et une motivation à toute épreuve, j’intègre TRADE UP, une agence spécialisée dans le Trade Marketing. Quel lien me direz-vous avec mon ancienne expérience ? La stratégie de marque !

Comment pousser les marques distributeurs de Casino par exemple, comment animer les réseaux de franchisés en Corse du Groupe dont les temps forts calendaires sont différents, comment émerger face à la concurrence via des prospectus, quelle mécanique utilisée ? Autant de sujets passionnants qui ont ouvert ma curiosité, renforcer ma conviction que seul on va plus vite mais à plusieurs on va plus loin. Et puis les premiers RDV clients, les premiers pitchs ou chaque mot compte, où le temps est minuté, mais où vous devez faire la différence ! Et cela passe aussi par la voix, l’écoute, la gestuelle.

Le début fut une catastrophe mais encore une fois grâce des tuteurs exceptionnels, la petite apprentie a grandi et est engagée en CDD une fois son diplôme en poche. Mais au bout de deux ans et une connaissance beaucoup plus grande du Groupe HighCo, je rêve de rejoindre la capitale pour continuer d’apprendre toujours et en cours et élargir mes compétences, rencontrer d’autres profils. J’intègre donc une autre filiale à Paris : le département bartering et les échanges marchandises !

Comment faire collaborer deux marques ensembles en respectant leurs valeurs réciproques ? Comment trouver un socle commun ? Et surtout comment rentrer en contact avec les bonnes personnes ? De la nait une nouvelle passion : investiguer, chercher sur Linkedin, séduire les partenaires et les convaincre ! Une fois le partenariat signé, la mise en place opérationnelle est un nouveau challenge où le respect du rétroplanning est crucial ! Car si l’une de vos bannières renvoie sur un site qui n’a pas mis en avant l’opération c’est la catastrophe ! Mon plus beaux souvenir parmi tant d’autres : le partenariat entre Avoriaz Morzine et Pizza Hut. Quel lien entre les deux : le lancement de la pizza Tartiflette.

Et lorsque j’ai vu les affiches 4X3 dans le métro réalisées avec toute l’équipe dont vous avez lu 100 fois les BAT, je l’avoue mon cœur s’est emballé.

Première expérience pro

UNE PREMIERE EXPERIENCE PROFESSIONNELLE QUI RENFORCE MON ATTRAIT POUR LES STRATEGIES MARKETING ET LE TRAVAIL EN EQUIPE

3ème année d’école : que faire ? Cursus normal ou profiter d’une année césure pour découvrir le monde de l’entreprise ? Le choix a été très rapide : partir découvrir le vrai monde ! Intégration du Groupe HighCo et se filiale Nathalie Simon&Co. Premiers briefs pour le Club Med, pour Master Card axés sur l’organisation d’évènements sportifs autour du Golf. Les théories de nos livres étaient bien différentes de la vraie vie ! Suivre le MERCATOR ne marchait pas ! Les SWOT, les benchmarks concurrentiels certes mais comment remporter un appel d’offres ! Réfléchir en équipe sur des concepts en s’inspirant de l’étranger, des évènements sportifs en gardant cette priorité : le besoin de la cible ! Grâce à une VRP épatante au réseau très fort, aidés par le planning stratégique et les équipes créatives et rédactionnelles dont je découvrais le mode de fonctionnement (brief, moodboard, maquette…), nous remportions l’organisation du Trophée Master Card grâce à notre parti pris : faire jouer ensemble célébrités et chefs d’entreprise. Seulement voilà : gagner sur le papier c’est top ! Le réaliser et le mettre en œuvre c’est autre chose ! Premiers vrais pas dans l’évènementiel : anticiper chaque point, prévoir des plans A, B, C en cas de pluie, de désistements, d’allergies alimentaires, s’assurer de la livraison des goodies, monter les tentes avec l’équipe et découvrir que la pluie ne permettait pas d’installer les tentes choisies… et un budget non extensible ! Une fois les coupes remises, les participants partis après vous avoir remercié de ce super moment, voir le sourire de votre client sur les photos de la presse vous fait  oublier la fatigue, le stress …

Un peu de moi

UN PARCOURS PROFESSIONNEL, REFLET DE MA PERSONNALITE

UNE FORMATION GUIDEE PAR MA PASSION : LE SPORT ET SES VALEURS !

Fille d’un professeur d’EPS, filleule d’un professeur d’EPS, sœur d’un professeur d’EPS et passionnée de sport, dès l’âge de 7 ans je voulais devenir professeur d’EPS mais pas n’importe quel professeur : un professeur qui avait « LA GREG et qui apprenait à être aux professeurs ». Cette phrase est issue de mon cahier d’éducation civique ! Pour moi c’était d’une logique incontestable ! Je voulais enseigner, partager, aider, faire monter les gens en compétence et quel bonheur de pouvoir le faire en y alliant ma passion : le sport. Et pourtant ma vie professionnelle a pris un tout autre chemin !

Tout commence au lycée, où mes professeurs notamment d’histoire et de philosophie me parlent de classe préparatoire, de commerce, de marketing… Pourquoi pas ne pas tenter d’intégrer une classe préparatoire HEC. Après tout, si cela ne marchait pas, je pouvais revenir à mon idée première. Le choix est fait, je me lance : parcours classique classe prépa, concours et intégration de Sup de Co Marseille.

Marseille pour son soleil, ses calanques, ses valeurs méditerranéennes me direz-vous ? Certes de bons arguments pour une Corse passionnée de foot en plus. Mais là n’était pas ma motivation principale !  La vraie raison : une école qui propose un Master en évènementiel sportif ! Engagement de la vie associative de l’école à 450%, membre du bureau des sports et des idées plein la tête ! Organisation de la coupe de France de Basket mais pas en mode classique.  Mon rêve : que chaque sportif, chaque supporter vive une vraie coupe de France comme les pros ! Et les pros sont tous habillés pareil (esprit d’équipe et communauté), les pros dorment dans des hôtels, les pros se déplacent en bus, les pros ont de belles récompenses … Mais les pros ont des sponsors pour payer tout cela. Pourquoi nous élèves d’une école de commerce ne pourrions-nous pas le faire ?

L’aventure était partie ! Contrats avec Haribo, Pasquier, Orangina en échange de visibilité sur l’évènement. Des tarifs négociés avec les hôtels et les bus grâce l’aide de La FNSU, mes premiers pas dans les Relations Presse avec l’aide l’école… Ensemble, en équipe nous avons réussi à faire de notre rêve une réalité ! Quelle était la dernière pièce manquante à ce tableau si parfait … Un commentateur ! Et qui à l’époque était THE ONE : George EDDY ! Une personnalité incroyable, une générosité débordante et une célébrité touchée par les efforts d’une équipe d’étudiants qui accepte de commenter gratuitement les matchs. Les joueurs sont aux anges, le public ébloui … Nous l’avions fait !